dimanche 30 août 2015

Lundi 1er mai 2000 : Prémanon – chalet de la Frasse

A 9h15, je repars de la station ensoleillée de Prémanon, toujours avec Oscar.
On suit la route dans les prairies jusqu’à Prémanon d’Amont. On descend alors en forêt pour traverser le bief de la Chaille. Sur le trajet, une passerelle a été emportée par la neige ou les eaux.
Le GR 9 rejoint après une brève montée le GR 5 (sentier Mer du Nord – Méditerranée) à l’auberge de jeunesse du Bief de la Chaille. Dans une pelouse d’altitude, les GR traversent  le ruisseau devant des fermes et remontent jusqu’au refuge de la Grenotte. Ils atteignent la D29. Le GR 5 monte vers La Cure et la frontière franco-suisse. Le GR 9, lui, se dirige sur une route en face, bifurque dans une pâture, passe une clôture et monte une piste de ski raide et sans intérêt. Se faisant, il quitte l’orientation générale  ouest – est qu’il suivait depuis son origine et s’oriente maintenant vers le sud, dans le sens des crêtes de la haute chaîne.

La neige fait peu à peu son apparition sur la piste. Nous débouchons à l’arrivée du téléski des Tuffes. Nous poursuivons sur une lisière qui longe la cassure marquant l’extrémité nord de la forêt du Massacre. Le GR arrive alors au belvédère des Tuffes puis au belvédère des Dappes (1400 m) : panorama sur la haute chaîne et le dôme de la Dôle. Le site est complètement enneigé. Oscar se glisse derrière la palissade du belvédère, le long du précipice. Affolé, il ne sait plus s’en sortir. Je le crochète avec la laisse et le hisse de l’autre côté.
La forêt du Massacre doit son nom au massacre de mercenaires français par les soldats du duc de Savoie en 1535. Par son altitude, la forêt du Massacre est la plus enneigée du massif jurassien. La hauteur maxi avoisine régulièrement les trois mètres de neige chaque hiver. La durée d’enneigement est également remarquable.
Il y a encore aujourd’hui une forte épaisseur de neige. Une neige où l’on marche avec difficulté, les chaussures s’enfonçant brusquement sous la première couche gelée. Je n’avais pas prévu cela, omettant d’emporter avec moi mes raquettes.
Le GR s’enfonce sous forêt, traverse une clairière allongée et arrive dans une combe déboisée. Là où la neige a fondu poussent des crocus et des nivéoles. Le sentier rejoint la route forestière des Tuffes à proximité d’une cabane, le chalet des Tuffes. Il va maintenant cheminer parallèlement à la route. Il y a de plus en plus de neige : Oscar peine, s’enfonçant par endroits jusqu’au ventre. On croise des promeneurs en raquettes, plus prévoyants que moi !
Nous pénétrons à nouveau dans le parc naturel régional. On va marcher sur la route forestière enneigée pendant presque deux kilomètres jusqu’à la croisée Pierre de la Baume. De là on rejoint le carrefour de la Frasse puis une clairière où se situe le chalet de la Frasse (1290 m).
C’est là que nous avions rendez-vous avec Viviane, mais la route est impraticable.

On descend alors sur la petite route partiellement enneigée qui nous mène dans la combe de Lamoura. On retrouve Viviane qui nous attend sur la D25, à 13h40.
Nous mangeons sur place dans la nature, à l’intérieur du Trafic, avant de rentrer à St-Claude.

*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire